Ecotaxe, revenons aux fondamentaux

terreLa CFDT Transports Environnement a pris connaissance du « rapport d’information de la mission d’information parlementaire sur l’écotaxe poids lourds présenté par M. le député Jean-Paul Chanteguet ».

La CFDT Transports Environnement a toujours défendu et reste favorable à la mise en place d’une taxe sur le principe du pollueur-payeur.

Pour la CFDT Transports Environnement, les enjeux environnementaux et de santé publique, dont nous voyons chaque jour un peu plus ses effets, mérite mieux que l’excitation de représentants patronaux d’un secteur le plus souvent bien peu regardant du bien être de leurs salariés.

Pour la CFDT, l’éventuel abandon de l’écotaxe serait un très mauvais signe envoyé auprès de l’ensemble des acteurs engagés dans la construction d’un transport durable, écologiquement responsable et économiquement équilibré. Cette éventualité pose la question du lobbying des chargeurs et de la grande distribution qui poussent les transporteurs à ne pas appliquer le vrai prix du transport.

LE SALARIE DERESPONSABILISE !

La lecture du « rapport Chanteguet » a poussé la CFDT à interpeller la ministre sur 3 points.

1) UNE ECOTAXE NON DEVOYEE DE SON ROLE D’ORIGINE !

La CFDT souhaite connaitre la volonté de la représentation nationale de maintenir les orientations premières déterminées lors de la création de l’Ecotaxe par la loi Grenelle 1 et dont normalement la mise en place était fixée pour 2010.

En effet, à la lecture de ce rapport, la CFDT s’inquiète des nombreuses propositions qui semblent plus s’apparenter à des mesures pour une meilleure compétitivité du mode routier plutôt qu’une réelle volonté de mise en place de l’écotaxe poids lourds.

C’est pourquoi la CFDT demande à la ministre de bien vouloir clarifier les vœux d’orientations de la représentation nationale sur ce point précis.

La CFDT n’acceptera en aucun cas que le dossier de l’Ecotaxe soit une copie de ce qui s’est passé lors de l’élaboration du livre blanc des transports européens ; d’abord dirigé sur le transfert modal puis révisé en faveur du transport routier.
Pour la CFDT, cette Ecotaxe ne peut être transformée en mesure de compétitivité dont le transport routier n’a pas besoin en la détournant de son principe de pollueur-payeur.

Dès lors la question des financements d’investissements d’infrastructures reste posée.

2) UNE AUTOMATISATION DU SYSTEME !

Lors de notre audition par la mission parlementaire, la CFDT avait démontré la nécessité d’automatiser la mise en route du système de contrôle de l’écotaxe. La CFDT a bien compris l’utilité des différents systèmes de contrôles fixes et mobiles mais alerte la ministre sur le fait que l’ensemble du système de l’écotaxe repose sur l’activation, par le salarie, du boitier appose sur le pare brise de son véhicule.

Quelle solution législative sera prise pour traiter du cas d’un chauffeur routier obligé par son patron de ne pas activer le badge et se retrouvant verbalisé par une patrouille de douane ?
Quel recours aura ce chauffeur qui se verra dans le cas extrême licencié pas son employeur car il aura oublié d’activer le badge après une trop courte nuit de sommeil ?

C’est pour éviter toutes ces situations sources de stress et de pression patronale que la CFDT revendique l’automaticité du système d’activation du badge.

 

De très nombreux acteurs sont d’accord sur le fait que la réussite de l’écotaxe passera nécessairement par le renforcement des contrôles routiers par les autorités en tenue – police, gendarmerie ou douane.
Ces contrôles permettront aussi de lutter contre le cabotage illégal source de dumping social au sein du transport routier de marchandises. La proposition 13 du rapport Chanteguet va un peu dans ce sens.

La CFDT revendique la création d’emplois de contrôleurs supplémentaires en allant au delà de la proposition du rapporteur.

Cette interpellation s’adresse à chacun, citoyens, responsables politiques, patrons routiers et acteurs économiques !

Les salariés de Géodis BM du site de lillebonne en grève !

Le site Géodis Bm Chimie de Lillebonne est en grève depuis le lundi 19 mai. Malgré la volonté des équipes CFDT de négocier avec les représentants de l’entreprise, celles-ci sont au point mort. La CFDT revendique : que chaque salarié de l’entreprise puisse obtenir le taux horaire de base à 10,77€ brut. l’arrêt de la … Lire la suite

Renouvellement gouvernemental, le quotidien de millions de français oubliés !

Cfdt_O_H_RVBLa CFDT Transports Environnement a pris connaissance ce matin de la nouvelle composition gouvernementale.

La CFDT Transports Environnement prend acte de ce remaniement mais constate avec amertume qu’elle se retrouve dès à présent sans interlocuteur direct pour évoquer les sujets d’avenir et de filière qui ne manquent pas dans le secteur du transport.

Alors que les dossiers sur l’écotaxe poids lourds, la réforme du système ferroviaire, le canal Seine-Nord et la biodiversité marine sont loin d’être finalisés, la CFDT Transports Environnement considère plutôt léger l’absence d’un ministre délégué traitant de ces dossiers.

La CFDT Transports Environnement considère que l’économie du transport est devenue accessoire pour le gouvernement alors que le secteur recrute des jeunes  et développe de nouveaux emplois

La CFDT Transports Environnement restera attentive à ce que le transport qui est une composante de la réalité quotidienne de millions de citoyens ne soit pas oublié. Les enjeux sociétaux, sociaux et environnementaux qui en découlent le méritent.

Le SNTU-CFDT envoie un avertissement sans frais à Kéolis

  Le Syndicat National des Transports Urbains de la CFDT a envoyé le 26 mars un avertissement sans frais à Kéolis. Une cinquantaine de personnes, dont beaucoup de militants de la CFDT ainsi qu’un certain nombre de chauffeurs de Montélibus, sont venus manifester contre le projet de Kéolis de licencier Abdel et apporter soutien à … Lire la suite

La FGTE organise un colloque sur syndicalisme face au nationalisme

anti-fn

Le Secteur Formation de la FGTE organise un colloque sur le thème :

                                         LE SYNDICALISME FACE AU NATIONALISME

                                                        Le mardi 29 avril 2014

                                                 A Paris/Immeuble des Fédérations

       Programme  :

9h00 à 9h20 

: Accueil des participants

9h30 à 9h45 

: Présentation du Colloque par le Secrétaire Général de la FGTE

9h45 à 11h45 

: L’histoire des années FN de 1968 à aujourd’hui

11h45 à 12h40 

: Combattre l’extrême-droite d’hier à aujourd’hui

12h45 à 14h00 

: Déjeuner

14h00 à 15h30 

: Combattre l’extrême-droite d’hier à aujourd’hui

15h30 à 17h30 

: Le F.N et l’Europe

17h30 à 17h45 

: Conclusion du Colloque par le Secrétaire Général de la FGTE

JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES : SE BATTRE TOUT AU LONG DE L’ANNEE

flyerLa CFDT a fait le choix de traiter la question de l’égalité professionnelle de façon transversale et d’en faire une préoccupation constante. En 2013, elle l’a montré avec la signature de trois accords.

•    Dans l’accord Sécurisation de l’emploi :
o    L’encadrement du temps partiel va dans ce sens. Le taux de féminisation des emplois à temps partiel avoisine 82 %.
o    La généralisation de la complémentaire santé vise les salariés qui ne bénéficient d’aucune assurance complémentaire santé parce qu’ils n’ont pas les moyens de la payer en individuel. Or, les femmes représentent 62 % des métiers non qualifiés, elles occupent plus souvent des emplois précaires, 13,7 % d’entre elles sont rémunérées au Smic, contre 7,4 % des hommes, et elles sont souvent salariées de PME.

•    L’accord Qualité de vie au travail et égalité professionnelle incite à aborder l’égalité professionnelle de manière transversale, à tous les niveaux et dans tous les domaines traités, particulièrement sous l’angle de l’articulation des temps, de la mixité des emplois et de la lutte contre les stéréotypes de genre. Il réaffirme également la nécessité de mettre en œuvre des mesures spécifiques pour favoriser l’égalité professionnelle.

•    L’accord sur la formation professionnelle touche particulièrement les salariées en privilégiant l’accès à la qualification pour les salariés qui en sont le plus éloignés – les plus précaires, les salariés des TPE/PME. Le conseil en évolution professionnelle doit permettre aux femmes de rectifier des trajectoires professionnelles qui s’éloignent de celles des hommes avec le temps et les éventuelles maternités. L’entretien professionnel, qui se substitue à la plupart des entretiens existants, devrait permettre une meilleure prise en compte des parcours professionnels et de la qualification des femmes en leur donnant accès à l’information sur les perspectives réelles et concrètes d’évolution ou de maintien dans l’emploi.

Les lieux de travail ne sont pas en dehors de la société. L’égalité dans le monde professionnel est en lien direct avec l’égalité femmes/hommes dans la société. Dans les entreprises, les administrations la nécessité de lutter contre les stéréotypes de genre reste entière.

La CFDT poursuit en 2014 ses actions pour davantage d’égalité.

Mory Ducros, un plan de reprise qui manque d’ambition.

mory_ducrosAprès avoir pris connaissance hier du plan présenté par Arcole Industries en comité d’entreprise de Mory Ducros et après analyse du document fourni, la CFDT Transports Environnement considère que ce plan manque cruellement d’ambition.

La CFDT partage les causes de ce plan en mettant cependant de coté les raisons pour lesquelles l’entreprise Mory Ducros est dans la situation actuelle.

La CFDT considère que le chiffrage du plan présenté hier, notamment sur le nombre d’agences conservées et le volume d’emploi, est trop insuffisant.

Le plan proposé se fonde sur la diversification de l’offre au sein des différentes agences conservées. Cependant, la CFDT considère que cette diversification manque d’ambition et revendique qu’elle soit mise en place dès aujourd’hui.
Cette diversification immédiate serait signe :
•    d’une ambition affichée
•    de la pérennité de l’activité économique et des emplois qui en dépendront
•    d’un engagement de l’ensemble de l’entreprise pour la redresser.

La prudence affichée de ce plan conduit à l’augmentation de la précarité notamment dans le recours à la sous-traitance et à l’intérim très important.
Pour la CFDT, ce plan doit être revu et corrigé pour sécuriser et pérenniser l’emploi et l’activité y compris celle des sous-traitants.

La CFDT reste perplexe sur le dimensionnement territorial des agences conservées ainsi que sur les critères de conservation d’ouvertures ou de fermetures de celles-ci. Car si l’on peut comprendre que ce plan puisse envisager la fermeture des « 20 agences les plus déficitaires » générant « 90% de pertes du réseau », la CFDT ne trouve pas l’explication des raisons qui le pousse à en fermer 17 de plus sur l’ensemble du territoire.

La CFDT remarque que pour une entreprise de transports de messagerie, le plan envisage la suppression de 75% des conducteurs…

Enfin, la CFDT considère qu’une partie des 300 M€ de chiffre d’affaire abandonné est conservable et permettrait d’afficher une ambition du repreneur d’autant plus que nous avons la confirmation de sa participation à hauteur de 17,5 M€

L’ensemble de ces points vont être soumis par la CFDT au repreneur.

La CFDT considère que la bataille de l’emploi n’est pas encore terminée et que le plan présenté hier doit être amélioré à ce sujet.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.